Pourquoi s’intéresser à la dimension émotionnelle en bourse ?

Emotions-et-bourse_thumb

 

Emotions-et-bourse

Il peut paraitre curieux de s’intéresser aux émotions et à leur maitrise dans la perspective de se former pour réussir sur les marchés financiers. Pourtant cette dimension est bien présente.

Lors de mes débuts en bourse, désireux d’acquérir des connaissances sur les marchés financiers, j’ai accordé beaucoup d’importance à l’apprentissage des figures techniques de l’analyse graphique, des ratios de l’analyse fondamentale… Je ne voyais pas l’utilité de m’attarder sur la dimension psychologique et émotionnelle.Fortement influencé par l’idée que les marchés étaient rationnels. Je focalisais mon attention sur la recherche des éléments et des principes qui me permettraient de mieux comprendre l’évolution des marchés et d’établir des stratégies d’investissement.

Je refusais également l’approche psychologique et émotionnelle car je rejetai le discours de mon entourage qui me mettait en garde contre le fait de s’intéresser à la bourse. Pour mes proches, il était dangereux d’investir son argent sur les marchés financiers qu’ils assimilaient à un grand casino. « Fais attention à jouer en bourse tu peux vite perdre beaucoup plus d’argent que tu n’en possèdes ! ». Me refusant à entendre ce discours de sens commun, j’évacuais donc toute approche qui abordait des notions qui présentaient selon moi une grande part de subjectivité et que je jugeais difficilement explicables rationnellement.

Malheureusement, j’ai constaté, à mes dépens, la nécessité de ne pas écarter les mécanismes émotionnels et psychologiques pour réussir en bourse.

Si la bourse présente une grande rationalité, elle revêt également une grande incertitude qu’il faut accepter. Cette incertitude est génératrice d’émotions qui si elles sont mal maîtrisées peuvent avoir des conséquences préjudiciables en matière de performance. Les émotions interviennent dans le processus de décision financier. Aussi, il est important d’être attentif à ces dernières.

 

Qu’est qu’une émotion ?

D’une manière consensuelle, c’est un phénomène rapide, déclenché par un évènement, et constitué de deux étapes  :

  1. un mécanisme de déclenchement fondé sur la pertinence de l’évènement par rapport aux buts définis (par exemple l’évolution du prix de l’action est-il pertinent par rapport à mes attentes ? )
  2. et une réponse à plusieurs composantes (les tendances à l’action, les réactions du système nerveux autonome contrôlant le rythme cardiaque, les expressions et les sentiments) »

A partir de jugement des situations, les mécanismes émotionnels jouent un rôle dans la prise de décision et le passage à l’action de l’investisseur ou du trader. Les réponses sont rapides et s’opèrent à partir d’un faible niveau de contrôle cognitif, une faible conscience. Il n’y pas de traitement analytique des signaux de l’évènement déclencheur ce qui rend difficile d’expliquer ou de reproduire pleinement le processus de formation du jugement et la prise de décision.

L’intensité, la force et l’importance des réponses émotionnelles sont en rapport avec le vécu de chaque individu. Les investisseurs face à des circonstances similaires ne vivront pas les évènements avec le même ressenti et donc ne réagiront pas de manière identique, ni avec la même pertinence.

Quelles sont les différentes réponses émotionnelles ?

Il est possible de distinguer 3 catégories de réponses émotionnelles fréquemment observées en bourse.

 

Réponses émotionnelles associées à la perception d’une menace.

La première catégorie de réponses est associée à la perception d’une menace. Lors de l’évolution défavorable d’une prise de position, l’investisseur éprouvera de l’anxiété, ou de la peur, voire de la panique. Ces différentes émotions vont mobiliser les ressources de l’investisseur pour écarter, repousser, voire détruire, tout obstacle par rapport aux buts poursuivis.

L’anxiété et la peur amènent très souvent l’investisseur à fermer une position gagnante afin de récupérer les petits gains. Il veut sécuriser rapidement ce qu’il a obtenu sans attendre.

La colère est également une des émotions qui va favoriser des réponses visant à fuir ou résoudre un danger. La tendance naturelle d’une personne en colère est de réagir par la vengeance. En bourse, ce comportement ne favorise pas la résolution du problème. En effet le trader confronté à une perte importante va tenter de se venger et de reconquérir le plus rapidement l’argent perdu. Le contrôle de cette colère est important pour éviter de lourdes pertes qui peuvent entrainer la destruction intégrale du capital.

Réponses émotionnelles se traduisant par l’absence d’actions

La deuxième catégorie de réponse est l’inhibition et l’inaction. Dans des situations de panique, le trader se fige, inhibe activement tout mouvement, toute action. Dans le cas d’un titre dont le prix se retourne brutalement en défaveur de l’investisseur, ce dernier ne réagit pas et observe l’augmentation de la perte latente sans réagir.

L’espoir est une émotion qui peut amener à cette inaction. L’investisseur ne se résout pas à accepter la réalité. Il recherche ce qui lui est inaccessible et ainsi néglige de rediriger ses actions et ses pensées vers un but plus réaliste, à savoir éviter une perte trop importante.

La tristesse, est une des émotions qui se caractérise par un état d’inaction. Elle survient après le constat d’une perte définitive. L’acceptation de cette perte prend du temps. L’investisseur déçu, se refuse à agir ou à poursuivre. Incapable d’accueillir ou d’intégrer la perte réelle, il évite de chercher à comprendre les raisons de sa non réussite.

 

Réponses émotionnelles associées à une approche positive

La troisième catégorie de réponses est activée par une approche positive. Ces réponses se retrouvent lors d’expériences positives comme la joie liée à l’obtention d’une plus value après la clôture d’une position.  Le jeu peut également être un facteur qui favorise des émotions de même nature. Aussi, il peut être pertinent pour l’investisseur ce qu’il recherche réellement lorsqu’il investit sur les marchés financiers. Le but premier est-il de gagner de l’argent ou de vivre des expériences positives. S’il est davantage motivé par la recherche d’expérience positive cela peut l’amener à agir de manière non profitable.

 

Les émotions enclenchent donc automatiquement différents types de réponses et différentes manières de mobiliser l’attention et de traiter l’information. Elles influencent également la mémoire qui elle-même orientera automatiquement la façon d’appréhender les situations à venir.

 

Comment mieux maîtriser ses émotions pour améliorer sa réussite en bourse ?

S’intéresser à la finance comportementale  : une étape utile et nécessaire.

Devant l’importance des émotions dans les processus décisionnels, au début des années 1980, des théories prenant en compte la dimension psychologique ont été développées par des économistes et regroupées sous le terme de finance comportementale. Ces théories ont permis de mieux comprendre la prise de décision en situation d’incertitude et l’influence de facteurs psychologiques dans cette dernière.

L’étude de ces théories peut être très utile pour tendre vers une plus grande prise de conscience des processus émotionnels et une meilleure maitrise.

 

Etre attentif aux sensations corporelles

Même si les recherches en psychologie suggèrent d’être circonspect quant à la correspondance entre sensation corporelle et changement physiologique objectif, il n’en reste pas moins que, les sensations corporelles offrent une porte d’entrée extrêmement intéressante pour l’introspection des émotions. La perception d’un état d’activation physiologique est souvent la première étape de la prise de conscience de l’état émotionnel. On peut apprendre à percevoir avec plus d’exactitude les changements qui s’opèrent au sein de notre personne.

Dans cette perspective, il peut être intéressant de chercher de répondre à des questions comme :

  • · Qu’est ce que je ressens dans mon corps ?
  • · Quel type de sensation ?
  • · Comment mes sensations évoluent-elles dans le temps durant mon trading ?

Ce genre d’exercices permet de réaliser très concrètement des liens entre les états mentaux émotionnels et les sensations corporelles.

 

S’exposer aux émotions en pratiquant en réel

Les émotions seront fondamentalement différentes selon que les actions entreprises sont opérées sur un compte virtuel ou un compte réel. La gestion des émotions passent inévitablement par une exposition en situation réelle.  C’est en forgeant que l’on devient forgeron. En situation réelle, les mécanismes émotionnels des investisseurs sont constamment sollicités sur les marchés. Selon les évolutions, les émotions sont diverses. Ainsi, l’individu peut passer de l’euphorie à la peur, de la culpabilité, la colère. Il faut s’exposer aux émotions ressenties et tenter de les repérer pour anticiper celles qui sont susceptibles d’entrainer des actions préjudiciables pour la performance. Comme pour un sportif, l’exposition répétée à des situations fortement émotionnelles permet d’enrichir le registre de réponses et leurs adéquations.

Tenir un journal de trading

Pour compléter ce travail, la tenue d’un journal de trading est extrêmement complémentaire. Dans ce journal sont enregistrées succinctement et de manière la plus authentique, les actions et les émotions associées aux positions prises et celles qui ont été envisagées de prendre.

 

Accepter que l’incertitude est toujours présente sur les marchés.

Les investisseurs boursiers recherchent de la certitude sur les marchés financiers. cependant ils doivent se rendre à l’évidence que l’incertitude est permanente. Il convient donc de se persuader que tout peut arriver. A cet effet, l’investisseur doit davantage penser en terme de probabilités et envisager des scénarii contraires.

 

Chercher à agir de manière routinière et automatique

Il faut chercher à évacuer au maximum les émotions en cherchant à agir de manière la plus contrôlée possible et la plus automatique. Se constituer une stratégie, avec différents points à respecter et auxquels il faut éviter de déroger. A l’image du pilote de ligne aérienne, qui suit à la lettre sa check list pour préparer et effectuer son vol.

 

En conclusion, les émotions entrainent l’organisation d’une réponse immédiate en mobilisant les niveaux physiologiques, comportementaux et cognitifs. Cette réponse n’est pas forcément adaptée à la situation et peut causer des pertes importantes chez l’investisseur boursier. Aussi, il convient de ne pas les négliger et tenter de mieux les identifier pour mieux les maitriser.

Recherches utilisées pour trouver cet article :pourquoi sintéresser à lanxiété
Paratger l'article